CSW 62 à New York, du 14 au 23 mars 2018

CSW 62 à New York, Siège des Nations-Unies, du 14 au 23 mars 2018

L’AFSTech/Sénégal a été invitée par le Ministère de la Femme, de la Famille et du Genre en tant qu’association partenaire comme modératrice du Panel, femme et TIC en la personne de Mme SARR Rufina DABO.

THEME

“Accès des Femmes aux TIC et à l’innovation pour accélérer leur autonomisation : quelles perspectives pour l’Afrique et le Sénégal ? ”

MODERATRICE : Madame Rufina DABO SARR

  • Fondatrice de l’Association des Femmes pour la promotion des Sciences et de la Technologie au Sénégal (AFSTech/Sénégal) (1999)
  • Coordonnatrice nationale du Réseau Africain des Femmes Scientifiques et Ingénieures (RAFESI)
  • Membre du Réseau International des Femmes Ingénieures et Scientifiques (INWES)
  • Chercheure/Consultante Senior en sciences de l’éducation, genre et leadership féminin
  • Professeure de Sciences de la Vie et de la Terre
  • Cheffe de Division Coopération et Partenariat, Direction de la Promotion de l’Economie Numérique et du Partenariat (DPENP) au Ministère de la Communication, des Télécommunications, de la Poste et de l’Economie Numérique (MCTPEN)

La session s’est tenue à la Mission permanente de la République du Sénégal auprès des Nations-Unies à New-York.

Après la note introductive de Madame Salimata DIOP DIENG, Ministre de la Femme, de la Famille et du Genre, Dr Hayat SINDI a livré sa communication relative à la problématique : « Initiatives de la BID en soutien à l’accès des femmes aux technologies et à l’innovation pour accélérer leur autonomisation ; quelles perspectives pour l’Afrique et le Sénégal ? »

A sa suite, Madame Nafi DIAGNE DIOUF, Fondatrice de la Plateforme AWALE BIZ, Championne du Commerce numérique au Sénégal a partagé son expérience dans ce domaine des métiers émergents. C’est le cas de signaler tout le potentiel dont regorge l’écosystème du numérique pour les femmes.

Les guests speakers ont pris le relais. Il s’agit de :

  • Son Excellence Madame Binta DIOP, envoyée spéciale de l’Union Africaine pour les Femmes, la paix et la sécurité
  • Madame la Ministre du Commerce de la République de Gambie
  • Ndioro NDIAYE, Ministre Conseiller
  • Madame Bitylokho NDIAYE, Conseillère Technique en Genre au Ministère de la Communication, des Télécommunications, des Postes et de l’Economie numérique.

Les interventions riches en enseignements et expertise ont permis des échanges fort intéressants.

Le public a pu réagir par des contributions très pertinentes qui prouvent leur engagement sans faille aux côtes de la Ministre et de son prestigieux département pour la cause de la Femme.

Un participant a contribué illustrant ainsi toute l’importance de la Campagne « He for SHE » lancée par l’ONUFEMMES.

Avant la clôture par la Ministre, Madame la modératrice a tenté une synthèse générale sans avoir manqué de féliciter les intervenantes et de remercier l’assistance venue nombreuse répondre à l’invitation de Madame la Ministre de la Femme, de la Famille et du Genre.

  • Nous remercions Son Excellence Monsieur Macky SALL, Président de la République du Sénégal pour la nomination de la Ministre à ce poste stratégique par rapport au Plan Sénégal Emergent et aux Objectifs de Développement Durable (PSE/ODD).
  • Nos vifs remerciements vont à Son Excellence Monsieur Gorgui CISS, Ambassadeur Représentant permanent adjoint, ses collaboratrices et collaborateurs pour la TERANGA, hospitalité bien sénégalaise et leur disponibilité.
  • Nous remercions Madame la Ministre, l’une des nôtres, scientifique pure et dure, pour l’invitation. En effet Madame DIENG, titulaire d’un bac S1 au lycée John F. KENNEDY de Dakar, est diplômée en génie électrique de l’Ecole Supérieure Polytechnique (ESP) de Dakar. Avec une vie associative et politique bien remplie, Mme DIENG est une femme engagée pour l’émergence du Sénégal et de l’Afrique.

Ce vendredi 16 mars 2018 est mémorable. Il restera longtemps gravé dans nos mémoires. La femme est porteuse de développement, porteuse de vie, son leadership transforme la société, positivement. Sans les femmes rien ne se fait, sans le numérique rien ne se fait. Sans les femmes et le numérique, rien ne se fera.

La femme, 52% de la population mondiale est non seulement alphabétisée, sous scolarisée, elle est sous représentée dans les « Science Technology Engineering and Mathematics » /STEM.

Les Concertations Nationales pour l’Avenir de l’Enseignement Supérieur (CNAES) tenues en avril 2013 au Sénégal recommandent de ramener à 30% le nombre de bachelier/es littéraires et d’augmenter à 70% le nombre de bachelier/es scientifiques pour assurer un développement harmonieux du pays. Actuellement, le ratio est de 70/30 en faveur des littéraires.

Nous avons des pionnières et des femmes-modèles dans le domaine des STEM.

En réponse à Mme Binta DIOP, nous sommes membres de l’AFSTech/Sénégal affiliée au Réseau africain des Femmes Scientifiques et Ingénieures. Pour permettre aux jeunes de mieux s’impliquer, la Communauté « Espoir d’Afrique » a été lancée.

Pour permettre aux femmes de jouer leur rôle et de participer pleinement à la transformation digitale/numérique en Afrique et dans le monde, nous devons lutter contre la fracture numérique de genre.

La magie du numérique fait gagner du temps. Le numérique améliore les conditions de vie des humains.

Il montre une face moins hideuse de l’Afrique donc plus radieuse. En effet, l’Afrique est confrontée à de nombreux fléaux comme l’émigration clandestine entre autres, la pauvreté chronique, les maladies endémiques et épidémiques, le sous-emploi, le chômage, le manque d’énergie, les conflits, etc.

Le numérique aide à trouver des solutions innovantes à la plupart ces fléaux auxquels notre continent, l’Afrique-mère se trouve confrontée. Il suffit d’y croire et de travailler à la éducation/formation des FILLES/FEMMES dès le bas âge.

Madame SARR Rufina DABO

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.